COMEDUC commémore le 5 Octobre, Journée mondiale des enseignants 2018

COMEDUC commémore le 5 Octobre, Journée mondiale des enseignants 2018

Aujourd’hui, la Coalition a commémoré la journée du 5 Octobre, Journée mondiale des enseignants 2018 au centre de formation pour la promotion féminine à Nouakchott.

Etaient présents à cette cérémonie un public important composé d’enseignants syndicalistes et de militants de la société civile, membres de la Coalition.

La Coalition a profité de cette journée pour lancer un rapport alternatif sur la privatisation/marchandisation de l’éducation, notamment les écoles boutiques et la vente de terrains d’écoles publiques, présenté en collaboration avec d’autres organisations nationales et internationales en septembre dernier, lors de la dernière session du Comité des droits de l’enfant à Genève.

C’était également l’occasion d’un débat fructueux sur le thème de la journée.

A l’ouverture de la cérémonie, le Secrétaire général adjoint de la Coalition M. Mbaye Mamadou a lu la déclaration suivante:

Cher(e)s collègues,

La Journée mondiale des enseignants est célébrée chaque année le 5 octobre depuis 1994. Elle commémore la signature de la Recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de 1966.

La Journée mondiale des enseignants 2018 marquera le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) qui inscrit l’éducation parmi les droits fondamentaux et proclame le droit à un enseignement gratuit et obligatoire et à un accès équitable et inclusif à l’éducation pour tous les enfants.

Le thème de cette année : « Le droit à l’éducation, c’est aussi le droit à un personnel enseignant qualifié » a été choisi pour rappeler à la communauté internationale que le droit à l’éducation ne peut pas s’exercer sans le droit à des enseignants formés et qualifiés.

Dans notre pays, cette journée intervient au moment où le personnel enseignant reprend le chemin des classes sans enthousiasme à cause des déceptions des dernières années. Des conditions de travail déplorables : des bâtiments délabrés, non sécurisés et ne disposant pas des conditions les plus élémentaires : eau, électricité toilettes. Des salles de classes surpeuplées et sous-équipées. Des outils didactiques presque inexistants : craie de mauvaise qualité, tableaux noirs craquelés, manuels indisponibles et inadaptés ….

Les conditions matérielles et morales des enseignants sont très difficiles : des salaires dérisoires eet gelés, des avancements au point mort depuis des années pour des raisons obscures, des mutations et des promotions ne respectant pas des critères prédéfinis….

Nous avons tous l’urgent devoir de nous mobiliser pour mettre fin à cette situation, où que nous soyons: président de la République, membres du gouvernement, hommes politiques, homme d’affaires, enseignants, organisations de la société civile; syndicats d’enseignants, parents d’élèves, etc. Tous nous devons assumer notre entière responsabilité dans la construction d’un système éducatif performant, piloté par des enseignants qualifiés, bien formés et motivés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *