Déclaration : à propos du coronavirus

Coordination de Défense de l’Enseignant (CDE)                                         Unité-militantisme-droits

Déclaration

La coordination de défense de l’enseignant (CDE) suit les développements dramatiques du mouvement viral émergent du Coronavirus (COVID-19) à travers le monde, qui ont conduit notre pays à prendre un ensemble de mesures de précaution contre la propagation de cette pandémie, y compris la fermeture des écoles publiques et privées, et ses implications pour la régularité et la progression du processus pédagogique.

La CDE, tout en appréciant ces mesures et appelant à plus de prudence et de solidarité sous toutes ses formes face à cette pandémie, renouvelle son ressentiment envers la stratégie de prétérition et de mépris, opposée par le ministère de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle et technique aux revendications légitimes des enseignants. Ces enseignants dont l’asservissement, qui constitue un autre aspect d’un fléau fortement enraciné depuis des décennies, a pour retombées pernicieuses les disfonctionnements qui se manifestent aujourd’hui à travers l’agacement que nous ressentons face au très faible développement de la conscience civile et sanitaire de nos citoyens à cause du manque de formation scientifique qui ne cesse des nous conduire vers davantage de pauvreté et d’ignorance.

A la Coordination de défense de l’enseignant (CDE), face à cette situation particulière que traverse actuellement notre pays, nous déclarons ce qui suit:

  • nous annulons toutes les activités de protestation,  y compris la grève prévue pour les 13, 14, 15 et 16 avril prochain, et les activités mobilisatrices l’accompagnant.
  • nous faisons appel, chez nos collègues enseignants, à la conscience professionnelle responsable qui distingue l’éducateur  et revêt sa profession de son noble caractère éthique, pour s’engager dans les campagnes de mobilisation et de sensibilisation en vue d’épargner notre pays de la propagation de cette épidémie, et de poursuivre leurs gracieux efforts pour combler le manque à gagner résultant de la perturbation des cours par la participation active aux activités prévues à cet effet, et grâce à des cours bénévoles de compensation en cas de retour aux études après le 6 avril. C’est la meilleure réplique à l’obstination des oppresseurs à transgresser la dignité de l’enseignant, et le meilleur moyen de réduire au silence les renchérisseurs qui n’hésitent à remettre en cause la conscience nationale des enseignants.

Que Dieu préserve notre pays et protège toute l’humanité des répercussions de cette pandémie.

Vive l’unité des enseignants !

Nouakchott 23 mars 2020

Le Bureau de la CDE


























			
						
		

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *